La chambre de métiers et de l’artisanat (CMA) de Lyon vient de publier une enquête sur les risques psychosociaux et le stress au travail auxquels sont soumis les travailleurs non salariés. Cindy Pares, psychologue du travail et rédactrice de cette étude, revient sur ses principaux enseignements et nous livre ses conseils pour limiter l’exposition au stress lié au travail.

QUELS SONT LES PRINCIPAUX FACTEURS D’EXPOSITION AUX RISQUES PSYCHOSOCIAUX (RPS) ?

Notre étude en relève cinq : la surcharge de travail, les difficultés financières, la confusion entre vie professionnelle et vie personnelle, l’isolement et, enfin, les préoccupations liées à l’effectif. Générateurs de stress, ces facteurs d’exposition peuvent avoir des conséquences sur la santé du dirigeant mais aussi sur celle de son entreprise. En effet, désorganisé, débordé, fatigué, il peut prendre de mauvaises décisions ou ne pas saisir les opportunités qui se présentent. Quand le chef d’entreprise va mal, c’est toute l’entreprise qui va mal…

QUELS CONSEILS DONNEZ-VOUS POUR LIMITER CETTE EXPOSITION AU STRESS ?

Le premier d’entre eux est d’avoir une bonne hygiène de vie. Concrètement, il s’agit :

  • d’éviter les excès (de café, d’alcool…) ;
  • de manger sainement, notamment des graines d’oléagineux (amandes, noix de cajou, de pécan, ou du Brésil…), des céréales complètes, des algues, du miel et de l’avocat qui aident à lutter contre la fatigue et le stress ;
  • d’essayer de se coucher tôt et de dormir six heures minimum.

Suivre ces recommandations est indispensable, mais ne suffit toutefois pas à limiter les situations de stress. Il est également important de parler à un tiers, d’apprendre à déléguer ou de mieux faire la coupure entre vie professionnelle et vie personnelle…

​POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE SE CONFIER À UN TIERS ?

Le fait de parler aide à prendre de la distance par rapport au problème, à mieux cerner les marges de manœuvre existantes et donc à trouver une solution plus facilement. Le dirigeant peut se tourner vers une organisation professionnelle, la chambre consulaire ou son médecin généraliste, par exemple.

​VOUS CONSEILLEZ ÉGALEMENT DE DÉLÉGUER CERTAINES TÂCHES…

Oui, même si cela s’avère souvent difficile pour les artisans qui maîtrisent parfaitement leur savoir-faire et sont perfectionnistes !… Notre CMA organise donc des formations pour les aider à s’appuyer sur leurs salarié(e)s, voire sous-traiter certaines tâches.

ENFIN, VOUS INSISTEZ SUR LA NÉCESSITÉ DE FAIRE UNE VRAIE COUPURE ENTRE VIE PRIVÉE ET VIE PROFESSIONNELLE…

Cette séparation passe par de petites choses comme prendre une vraie pause pour déjeuner, par exemple. Ou en n’emportant pas de travail dans les lieux de vie communs avec le reste de la famille.

Nous conseillons également d’avoir une activité de loisirs plaisante, pendant laquelle on ne ressassera pas ses problèmes professionnels. Bien sûr, il est difficile de consacrer du temps à une telle activité quand on a un planning déjà chargé. Néanmoins, les loisirs contribuent vraiment à limiter le stress, c’est pourquoi nous suggérons d’en faire une priorité dans l’agenda de la semaine.