En hiver, avec la baisse des températures, les professionnels qui exercent en extérieur s’exposent à des risques pour leur santé. Pour s’en prémunir, le Dr Michel Hascher, médecin du travail dans le Haut-Rhin, donne des conseils.

MULTIPLIER LES COUCHES

Pour lutter contre les effets du froid (hypothermie, gelures, engelures, troubles musculo-squelettiques…), un seul mot d’ordre : « Multiplier les couches de vêtements », affirme le Dr Michel Hascher. Veillez à ne pas les porter trop serrés pour permettre à l’air de circuler et donc de se réchauffer. « Mieux vaut privilégier les matières respirantes et les tissus thermorégulateurs pour rester bien au sec. » Lesquels doivent rester confortables pour assurer une bonne mobilité et dextérité, et donc réduire le risque d’accidents.

 

 COUVRIR LES EXTRÉMITÉS DU CORPS

Près de 30 % de la chaleur corporelle s’échappe par la tête, le cou, les mains et les pieds. Il convient donc de protéger ces zones sensibles, « en revêtant un équipement polaire adapté, notamment, au port du casque sur les chantiers. Se couvrir le nez et la bouche permet de respirer un air moins froid », souligne le Dr Michel Hascher. Les chaussures, quant à elles, « doivent être chaudes, isolantes, imperméables et antidérapantes pour éviter les glissades, surtout si l’on travaille en hauteur, sur les toits par exemple. »

 

    SE RÉCHAUFFER RÉGULIÈREMENT

Dès 5 °C, la vigilance s’impose, selon l’Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS). « Il faut s’abriter toutes les 2 heures, au minimum, dans un local chauffé, indique le Dr Hascher. Il est de la responsabilité des employeurs d’évaluer le risque, d’informer leurs salariés, d’organiser le travail en fonction des conditions climatiques et d’aménager un local adapté pour les pauses. »

 

  BIEN S’HYDRATER

Ce n’est pas parce qu’il fait froid que les besoins en eau diminuent ! Les boissons chaudes (tisane, chocolat chaud…) aident à réchauffer le corps. Attention à ne pas abuser du café qui contribue à la déshydratation. L’alcool est à éviter aussi : la sensation de chaleur qu’il procure est trompeuse. En réalité, l’alcool déshydrate et masque un abaissement de la température du corps, ce qui expose au risque d’hypothermie.

 

 ATTENTION AUX GELURES

Sensation de froid, frissons, difficultés à faire son travail, tachycardie, confusion, extrémités rouges et douloureuses, picotements ou sensation d’anesthésie dans les membres… Autant de signes qui doivent alerter. Que faire en cas de gelure ? « Réchauffez rapidement la zone touchée, avec un bain tiède à 38 °C pendant 1 heure. Surtout, ne pas s’exposer à nouveau au froid et appeler les secours », préconise le Dr Hascher.

 

 

En chiffres

100 000 travailleurs exercent leur profession en ambiances froides (moins de 10 °C) en France.

(Source : INRS)