vIRAGE A 180 DEGRÉS

 

Marie-Isabelle a travaillé pendant 30 ans, dans le domaine de la recherche scientifique, mais désireuse de pouvoir gérer ses propres créations, elle décide de changer de voie et profite d’une opportunité pour s’investir totalement dans sa passion : le travail manuel, notamment du bois et de la céramique.

 Depuis toute petite, elle aime bricoler, faire de la couture, menuiserie, peinture. C’est donc naturellement, qu’elle rejoint la voie artistique pour sa reconversion. « J’ai commencé à travailler la céramique, un peu par hasard, il y a 10 ans. Je me suis inscrite 2 h par semaine, au sein d’un atelier du mon village. » Elle a continué à se former dans des écoles spécialisées, au tournage d’art sur bois et à la céramique, à l’Institut des Métiers d’Art et de l’Artisanat de Revel. Puis s’est perfectionnée à l’École Escoulen d’Aiguines, dans le Verdon.

Révélation 

En 2015, elle créée son entreprise et devient céramiste et tourneuse d’art sur bois.

Elle commence par réaliser des objets utilitaires : des pots, des boîtes, assiettes, théières… A l’occasion d’une exposition durant la période des fêtes de Noël, une amie lance l’idée de réaliser des sculptures animalières. Elle s’inspire de la faune sauvage pour confectionner ses œuvres et réalise son premier manchot et des animaux polaires.

Elle s’imprègne de photos, étudie les détails puis elle se lance et sculpte dans la masse « J’aime voir l’animal vivre entre mes mains ».  Au moment de la cuisson, Marie-Isabelle va préférer la technique dite « raku ».

 Contrairement à la pratique traditionnelle occidentale, qui consiste à cuire la pièce deux fois dans un four dans lequel on va augmenter lentement la température, la deuxième cuisson du raku se fait très rapidement et le refroidissement brutal provoque un choc thermique.

Il faut d’abord cuire la terre une première fois puis l’émailler. La deuxième cuisson dans un four à flamme va permettre de vitrifier l’émail à 1000 degrés. Lorsque cette température est atteinte, le four est ouvert et la pièce est déposée sur des copeaux de bois qui s’enflamment immédiatement. Le choc thermique va créer des craquelures de l’émail dans lesquelles la combustion des matières organiques va déposer du carbone pur, faisant apparaître de fines artères noires. Après refroidissement complet, l’émail vitrifié est soigneusement éliminé (« raku nu »), puis la pièce est cirée et lustrée. Après plus d’une centaine d’heures de travail il n’y a alors plus qu’à apprécier le résultat.

Particulièrement minutieuse et impliquée dans son travail, elle réalise ses créations en fonction de sa sensibilité et associe, à chaque fois que cela est possible, des éléments en bois tourné à ses céramiques en grès.

Site internet: http://ceramim.com/